V comme VIRLOGEUX

V comme VIRLOGEUX ou comment avoir une réponse à ma recherche de la lettre « U » en 2 minutes: grâce à la publication de mon article sur twitter.

Le nom du parrain de Jeanne BASSET est bien Denis VIRLOGEUX, il s’agit tout simplement de son oncle par alliance… A force de faire des recherches sur toutes les branches de mon arbre, et comme je ne m’étais pas replongée sur celle-ci depuis un moment, je n’avais pas fait le rapprochement et j’avais très mal déchiffré le nom du parrain.

C’est désormais corrigé et mis à jour dans mon arbre.

basset-virlogeux

Merci à vous pour vos réponses ultra rapides !

 

U comme Unveoyeus ???

basset-bapteme.png

Acte de baptême de Jeanne BASSET datant du 16 février 1699 à Noyant d’Allier

« Unveoyeus », c’est le nom que je déchiffre du parrain de Jeanne Basset… Mais cela me semble improbable ?

Qui est capable de me déchiffrer cet acte de 1699 ? Voici ce que je lis:

« Aujoudhui seizieme feuvrier mil six cent quatre vingt dixneuf a esté baptise Jeanne basset fille de francois basset laboureur et de marie laurent ses pere et mere a este son paarin denis unveoyeus laboureur et sa marenne jeanne durot qui nont seu signer »

Merci d’avance pour votre aide !

T comme THIVAT Barthélémy

Pour ma lettre T, je m’interroge à nouveau sur un arrière-arrière-grand-père. Non pas Paul Emile NICKEL comme dans l’article précédent, mais sur Barthélémy THIVAT, mari de Claire JOBERT que j’ai évoquée à la lettre J de ce challenge.

Il est mort à 48 ans, laissant sa femme seule avec 5 enfants en bas-âge.Ma question est toute simple. Y a-t-il possibilité de savoir si Barthélémy est mort de mort naturelle, ou si c’est pour une autre raison ? Existe-t-il des registres que l’on peut consulter aux archives départementales ?

Je me dis que 48 ans est assez jeune, d’où cette question qui reste en suspend.

Ce que je cherche:

  • Comment savoir de quoi est mort Barthélémy THIVAT ?

S comme Sépulture

Paul Emile NICKEL est le grand-père de ma grand-mère.

Il est mort à 40 ans sur le champ de bataille, laissant dernière lui sa femme et sa fille, seules.

Il est parti en août 1914 à la mobilisation générale du pays, et il est décédé très tôt, le 27 novembre 1914 à Berthonval, Mont-St-Eloi dans le Pas-de-Calais.

Ma grand-mère ignorait tout de sa mort, elle savait seulement qu’il était mort à la guerre, mais ne savait pas quand ni où. J’ai fait des recherches et j’ai retrouvé son décès grâce au site Mémoire des hommes.

Aujourd’hui je cherche à retrouver où il est enterré. J’ai épluché de nombreux sites, mais j’ai l’impression qu’il n’a pas de tombe individuelle. Mais comment en être sûre ? Où trouver une preuve qu’il n’a pas de tombe individuelle, qu’il est enterré dans une fosse commune ?  Et si c’est le cas, dans quelle fosse commune ?

Voici sa fiche extraite du site Mémoire des hommes. Il faisait partie du 54ème bataillon alpin de chasseurs à pied, à sa mort. Son nom était orthographié avec une faute d’orthographe sur cette fiche, d’où le fait que j’ai mis du temps à la trouver…

nikel-fiche.png

Fiche de Paul Emile NICKEL

En faisant plusieurs recherches, j’ai découvert que certains soldats, appartenant au même bataillon que lui et morts le même jour que lui, étaient enterrés au cimetière militaire d’Écoivres à Mont-Saint-Eloi.

Il est donc mort le 27 décembre, certainement sous le commandement du sous lieutenant Devaere, jour horrible où 106 hommes ont perdu la mort près de la ferme Berthonval à Mont-St-Eloi. Voici quelques photos:

J’ai retrouvé la tombe du sous lieutenant George DEVAERE au cimetière militaire d’Ecoivres. J’ai déposé une fleur au pied de sa tombe. Puis je me suis rendue au pied des deux tours restantes de l’Abbaye de Mont-st-Eloi qui a vu les combats de la guerre de 14, et de laquelle on aperçoit les champs de la ferme de Berthonval, là où est mort mon arrière-arrière-grand-père. Quand j’ai aperçu ces deux tours au loin, sur la route, à plusieurs kilomètres du village, j’ai été saisie d’effroi. Il est possible que de ces tours, les allemands aient tiré sur les soldats dans les champs. Quand je suis arrivée sur le site, j’ai également été pétrifiée par ses deux tours vertigineuses, complètement en ruines, mais résistant malgré elles à survivre. Elles ont vu mon ancêtre tomber à ses pieds, c’est peut-être la dernière image qu’il aura eu devant les yeux avant de mourir.

Ensuite, je me suis rendue à la nécropole de la Targette, où se trouve un mémorial comprenant les ossements de 3212 militaires français morts pendant la 1ère guerre mondiale. Je suis persuadée que c’est ici que se trouve Paul Emile NICKEL. Si je ne trouve pas de tombe individuelle à son nom, il est certainement enterré ici ? J’y ai déposé un bouquet de chrysanthèmes à sa mémoires et à celles des autres soldats.

Ce qui m’horrifie c’est de me dire que s’il n’a pas une tombe individuelle, c’est que l’on a pu identifier son corps. Il a certainement dû mourir, d’une mort atroce. C’était vraiment très fort et très important pour moi de découvrir l’existence de cette nécropole. Quand j’ai vu le nombre de soldats, j’en ai été bouleversée. De la sortie d’autoroute près d’Arras à Mont-St-Eloi, je n’ai pu compter le nombre de fléchages indiquant des nécropoles et des  cimetières militaires (dont, au passage, de nombreux cimetières de soldats canadiens, merci à ces hommes d’avoir défendu notre territoire). C’est bouleversant de rouler à travers champs dans un site immense qui fut un vrai cimetière à ciel ouvert. Il faut s’y rendre pour comprendre l’ampleur de cette guerre.

J’ai ensuite cherché la tombe de Henri Louis PETIT, soldat né 3 mois avant Paul Emile NICKEL, dans l’Allier également, et qui est mort le même jour que mon arrière-arrière-grand-père sur le même champ de Berthonval et qui appartenait au même bataillon. Je ne peux m’empêcher de penser qu’ils se sont forcément connus, et peut-être même qu’ils ont été amis et qu’ils ont combattus côte à côte. Je lui ai également déposé une fleur au pied de sa croix.

J’espère que Paul Emile serait heureux de voir qu’il n’a pas été oublié et que son arrière-arrière-arrière petite fille est venue lui rendre hommage, puisque ma fille m’a accompagnée dans ce voyage. C’est elle qui a déposé la gerbe sur la tombe du commandant DEVAERE.

Ma recherche:

  • Comment savoir précisément si Paul Emile NICKEL a une tombe individuelle où s’il est enterré dans un mémorial de soldats inconnus ?

R comme Registre matricule

Pour cet article, je n’ai pas choisi le nom d’un de mes ancêtres débutant par la lettre R mais par l’évocation de 2 personnes de mon arbre pour lesquels je suis à la recherche de leur registre militaire.

La première personne est mon arrière-arrière grand-père Jean-Edouard Boulaud.

Il est né à Ambernac en Charente le 9 octobre 1896. Il y a vécu jusqu’en 1916, année de son mariage avec Mélanie Périot à Montigny dans l’Allier. Je ne sais pas comment tous les deux se sont rencontrés…

En 1918 à la naissance de leur premier fil Roland, il est indiqué vivant à Moulins, préfecture de l’Allier, Montilly se situant à quelques kilomêtres au sud. Puis je retrouve une preuve qu’il vivait à Paris en 1921, au 55 boulevard de Strasbourg.

Il mourra en 1929 à l’hôpital SAinte-Anne à Paris.

D’après mon père, Jean-Edouard a grandi en Charente puis il est monté à Paris en tant que typographe dans un journal parisien. C’est certainement là qu’il a rencontré sa femme, mais je ne sais pas pourquoi elle serait montée à la capitale…

En tous cas, j’ai cherché son registre matricule en Charente, à Paris ou dans l’Allier en vain… Quelle solution me reste-t-il pour le trouver ?

La deuxième personne pour qui je cherche le registre matricule s’appelle Edouard MELIN. Ce n’est pas un ancêtre direct mais un cousin de mon père qui a eu une vie particulière, puisqu’il est mort à Saïgon le 7 février 1945. Il était parti là-bas en tant que militaire. Il est mort pour la France. Il était alors en traitement à l’hôpital Grall de Saïgon quand ce dernier a été bombardé.

Il fait partie des victimes qui sont citées ou enterrées (s son corps a été déplacé) à la nécropole nationale de Fréjus qui est un mémorial des guerres en Indochine.

Edouard MELIN est né le 3 septembre 1907 à Paris (14° arr.). Je sais qu’en 1929 il vivait à Clamart avant de revenir à Paris. Je n’ai pas non plus trouvé son registre matricule aux archives.

Ce que je cherche:

  • Comment retrouver leur registre matricule ?

Q comme Quoi, Quelles, Quand et à Qui ?

Parfois je me pose ces questions:

QUELLES archives, dont j’ignore l’existence, sont à ma disposition dans des salles d’archives ou sur Internet ?

A QUI puis-je m’adresser pour être sûre de consulter les bons documents, pour avancer dans mes recherches ?

QUAND j’arrive aux archives de Paris et que je vois se dresser devant moi ce bâtiment avec ces multiples étages où sont stockés des kilomêtres d’archives, je me dis qu’il y a sûrement plein de documents qui m’attendent ici. Il ne me reste plus qu’à savoir qu’il s existent, à savoir ce qu’ils contiennent et à savoir comment les consulter. Parfois ça me donne le vertige.

Et c’est en lisant des revues de généalogies, en m’abonnant à des comptes twitter de généalogistes, en fouillant les sites web des archives et leurs instruments de recherche que j’enrichis ma connaissance des fonds disponibles que je peux consulter.

J’adore découvrir de nouvelles sources que je ne connaissais pas. Le jour où j’ai découvert les tables de succession, j’ai découvert une mine d’or. Le jour où j’ai découvert qu’on pouvait trouver des registres d’inscriptions à l’école, cela m’a débloqué mes recherches sur l’histoire de mon arrière-grand-père ! Les registres d’écrou, les condamnations, les procès… que de registres à consulter !

Il y a aussi une chose qui me fait rêver: les cursus universitaires en généalogie. J’ai toujours aimé apprendre et découvrir de nouvelles choses. J’ai adoré aller à la fac. Je rêverais de redevenir étudiante pour suivre un cursus généalogique !!!

P comme Périot Catherine

Catherine Périot est une ascendante de mon père. C’est une femme importante dans mon arbre pour trois raisons:

  1. Elle a donné naissance à ses enfants seule, ils sont tous de père inconnu.
  2. Elle ne s’est jamais mariée
  3. de cette femme commence mon premier implexe, un très très gros implexe puisque 2 de ses enfants (2 Jean !) sont mes ancêtres !!! Elle est donc à la fois mon SOSA n°53 et mon n°101. Je passe sur les détails qui se trouve expliqués dans ma lettre I comme Implexe de mon Challenge 2016.

Jean Périot (1875-1911)

 

 

 

 

 

 

Ce qui me questionne à ce stade c’est de savoir qui sont les pères de ses enfants ! Y a-t-il possibilité de trouver des déclarations de grossesse à son époque, et si oui les aurait-elle remplies ? D’après mes recherches je pense qu’à son époque, les déclarations de grossesse n’étaient plus trop remplies.

Et ce qui me surprend c’est qu’elle a donné naissance à ses enfants dans différentes villes/villages de l’Allier (03). Elle a beaucoup bougé !

Voici un peu plus en détail le parcours des naissances de ses enfants:

  1. Jean PÉRIOT: né en 1846 à Moulins
  2. Françoise Marie PÉRIOT: née en 1873 à Moulins
  3. Jean PÉRIOT: né en 1875 à Chapeau
  4. Marie PÉRIOT: née en 1876 à Mercy
  5. X PÉRIOT (enfant mort à la naissance): en 1881 à Thionne

Elle mourra de se dernier accouchement, le lendemain…

 

Ma recherche:

  • A-t-elle laissé une trace du nom du/des pères de ces enfants sur des déclarations de grossesse ?

O comme Osmont Nicolas

Osmont: le nom de jeune fille de ma mère. J’ai décidé de remonter son patronyme au plus loin que je pouvais. Le premier ancêtre dont je ne trouve pas le décès c’est Nicolas OSMONT, né le 26 novembre 1724 à Grigneuseville en Seine-Maritime. Il a épouse Marie Moisel en 1749 à Quicampoix le 10 juin 1749.Ils ont ensuite bouger sur Braquetuit, vers leur 30 ans et je les retrouve âgés d’une soixantaine d’années, résidant à Longueville-sur-Scie.

C’est d’ailleurs là que je trouve le décès de sa femme, à Longueville le 3 thermidor an VI (ou 21 juillet 1798). Elle est alors indiqué femme de Nicolas OSMONT. Je présume qu’il est alors toujours vivant, mais impossible de trouver son décès.

Je sais qu’il est vivant en 1789, car il est présent au mariage de son fils Nicolas Guillaume, et qu’il réside à Longueville-sur-Scie. C’est le dernier marié de la famille, apparemment…

Ma recherche:

  • Quand et où est mort Nicolas OSMONT ?

N comme NICKELS Amélie

Un autre mystère, que je n’arrive pas à résoudre: le décès de mon arrière-arrière-arrière grand-mère Amélie NICKELS. Je cherche à comprendre comment/de quoi elle est morte. Amélie NICKEL ou NICKELS est décédée le 29 août 1903 à Paris.

Acte de décès d’Amélie NICKELS

Le 29 août 1903 à une heure du soir acte de décès de Amélie NICKELS âgée de 70 ans, née à La Haye (Hollande) domiciliée à Clichy (Seine), boulevard National 28, décédée à Paris rue du Faubourg St Honoré, 208 le 28 août courant à deux heures du soir, fille de Henri, André, Chrétien NICKELS et Thérèse ALHOFF époux décédés. Célibataire.

Nous avons beaucoup travaillé sur cette femme, avec ma mère. En recherchant où elle était décédée, au 208 rue du faubourg St Honoré, nous avons découvert que c’est là que se trouvait l’hôpital Beaujon qui a été transféré à Clichy sur Seine en 1935.

Nous nous sommes donc rendues aux archives de l’AP-HP pour trouver son décès, elle n’apparaît pas dans les registres de l’hôpital ! Je trouve bien une NICKEL décédée en août 1903, mais ce n’est pas elle !

Répertoire des décès à l’hôpital Beaujon (ancien) en août 1903

Nous nous sommes dit qu’elle était peut-être morte sur la voie publique. Nous avons fait une demande faite à l’institut médico-légal : le 6 avril 2014. Réponse de l’institut médico-légal; nous n’avons n’a pas d’archives, il faut envoyer la demande à la préfecture de police, service de la mémoire et des affaires culturelles

Nous avons fait une demande à la préfecture de police : le 26 avril 2014
Réponse : les recherches au sein des registres de la morgue de l’année 1903 se sont révélées infructueuses, on peut donc en déduire qu’elle n’est pas décédée sur la voie publique et n’a pas été transportée à l’institut médico-légal.

Ma recherche:

  • Comment se fait-il qu’on ne trouve pas sa trace à l’hôpital pour son décès ???

M comme MARKOFF Jean

De ma branche paternelle, je suis en train de chercher tous les descendants du couplet BOULAUD / DELAGE, mes arrières-arrière grands parents. Il s’agit de ma branche charentaise. Ils ont eu 13 enfants, dont 7 sont morts en bas-âge. Je suis en train de retracer la descendance des 6 enfants qui ont survécu.

L’une de ses 6 enfants s’appelait Nelly BOULAUD. Elle a épousé un Jean MARKOFF.  Ils se sont mariés tous les deux à Boulogne-Billancourt en 1941. Cela m’a permis de trouvé la naissance de l’époux. Il est né le 14 janvier 1895 à Moscou et serait un russe blanc. Mais je n’ai pas le noms de ses parents, je n’ai obtenu qu’un extrait de l’acte.

Ma recherche:

  • Comment puis-je obtenir son acte de naissance ?